L’état d’hypnose est un état naturel, agréable, que chacun visite plusieurs fois chaque jour, et qui est “décalé” par rapport à l’état de conscience habituel.

Contrairement à une idée largement répandue, il est très éloigné du sommeil… pour être plutôt un état de “hyperconcentration détendue”.

C’est la parenthèse quasi magique que l’on vit lorsque, absorbé par la lecture d’un livre ou immergé dans l’univers d’un film, on en oublie l’endroit où l’on est, l’heure qu’il est, pour être plongé dans les images, les sensations ou les sentiments voire presque sentir les odeurs et entendre les voix des personnages auxquels, souvent, on finit par s’identifier, l’univers de cette lecture ou de ce film devenant alors momentanément plus réel que la pièce dans laquelle on se trouve.

C’est le moment où, parti pour une destination connue, l’on arrive à bon port sans même avoir eu conscience du trajet accompli, concentré qu’on était sur ses pensées ou au contraire porté par une rêverie légère et agréable.

Ce sont les heures passées comme des secondes, en pleine concentration sur une tâche, un travail ou un projet important et où plus rien ne semble avoir d’importance.

C’est le “deuxième souffle” que ressentent la plupart des sportifs lorsqu’ils sont dans une telle intensité d’expérience qu’elle les transcende et leur permet de dépasser leurs limites pour atteindre leur objectif avec une sensation de facilité et de légèreté.

Et dans cet état là, toute notre créativité et toutes nos ressources internes sont activées sans qu’on ait besoin de faire le moindre effort conscient.

Car, alors qu’on ne peut réaliser que 4 ou 5 actions concomitantes de façon consciente… on parvient sans le moindre effort à réaliser quantité d’actions simultanées de façon inconsciente… en particulier dans cet état “décalé” là.

Dans les situations quotidiennes, cet état d’hypnose est juste agréablement vécu, sans but précis.

Lors d’une séance d’hypnose ericksonienne, cette capacité innée est utilisée pour diriger les ressources de la personne elle-même vers un objectif spécifique, qu’elle s’est elle-même choisi et que, bien souvent, elle n’a pas réussi à atteindre par la seule volonté, limitée par les capacités conscientes.